12 OCTOBRE 1974



Affaire du talc Morhange :

l’UNAF partie civile

Suite à l’intoxication de 168 nouveau-nés et au décès de 36 d’entre eux, l’UNAF utilise ses prérogatives légales et se constitue partie civile devant le juge chargé d’instruire l’affaire du talc Morhange. A l’issue du procès, 7 ans plus tard, la mise sur le marché de nouveaux produits et l’utilisation de produits toxiques dans les cosmétiques seront mieux réglementés et encadrés.

 

La Une d’un quotidien régional, à propos de l’affaire du talc Morhange.

You may also like

Leave a comment